Texte à méditer :  "Dans la boîte de Skinner, le rat ou le pigeon acquièrent, par la répétition de situations, fautes-châtiments, rectitude-récompense, le comportement apparemment intelligent d’un calcul d’avantages. Dans l’une comme l’autre […] on estime pouvoir conclure de l’animal à l’homme, et on ne peut contester que beaucoup de ceux qui s’en réclament ne sont pas éloignés d’identifier dressage et apprentissage, et finalement de glisser progressivement du concept d’éducation à celui de manipulation."

G. Canguilhem, conférence « Le cerveau et la pensée » [1980], in Georges Canguilhem, philosophe, historien des sciences (Actes du colloque organisé par le Collège international de philosophie, 6-8 décembre 1990), Paris, Albin Michel, 1992, p. 24.
  
G. Canguilhem
Votre compte

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
eNrdX
Recopier le code :


  184989 visiteurs
  1 visiteur en ligne

  Nombre de membres 2109 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Recherche
Recherche
Nous contacter
UE1/2 : COURS EPS / Master 1

COURS EPS / Master 2

UE3 : Recherche

UE4/M2 : hétérogénéité / évaluation
MOBILISER LES ELEVES

Diaporama mis en ligne dans l'urgence, suite à une panne du service Moodle de l'INSPE.

Le télécharger ICI

Votre travail personnel :

- Prendre connaissance du diaporama

- Nouvelle production personnelle (cf. dernière diapo) et échange de vos travaux pour analyse des progrès.

Glossaire

analyse

Le concept d’analyse que nous employons dans cette thèse s’appuie sur son étymologie grecque analusis « décomposition » et « résolution ». Par extension, nous l’associons à la méthode par déduction de Descartes (1636), qui elle-même conduira à l’algèbre qui analyse les infiniment petits(1695) (Rey, 2012). Nous définissons l'analyse en tant que décomposition d'un tout dont la fonction est de mieux comprendre ce qui n'est pas immédiatement et spontanément accessible. Le cadre d’analyse vise donc à comprendre un objet en le décomposant en ses constituants, en s’appuyant sur des critères permettant d'identifier les composants.

SOURCE : Thèse G.Delboé, 2018

connaissance

On distinguera les connaissances déclaratives des connaissances procédurales : les connaissances déclaratives constituent une base de données, et les connaissances procédurales des instructions relatives à l'utilisation de ces données. (1)

"Un exemple rapporté par Fisher (1992, p. 22) permet d’illustrer clairement en quoi consistent ces deux types de connaissances. On peut, en effet, en tant que chercheur réfléchissant à ce problème, définir un cercle de deux façons différentes :
«- un cercle est l’ensemble des points équidistants d’un point donné ;
- pour construire un cercle, tourner le compas avec un bras fixé jusqu’à ce que l’autre bras soit revenu à son point de départ ».
La première définition est de type déclaratif, alors que la seconde est de type procédural.
Certains chercheurs préfèrent parler de « savoir que » et de « savoir comment ». Sans vouloir entreprendre ici
une comparaison approfondie de ces types de connaissance, signalons néanmoins, pour la clarté de l’exposé, que les auteurs s’accordent pour considérer que ces deux types de connaissance peuvent être différenciés suivant quatre critères :
les connaissances déclaratives sont d’ordre verbal, s’apprennent vite, sont explicites, et sont directement accessibles ; les connaissances procédurales, par contre, relèvent de l’action, demandent un apprentissage long, sont implicites ou inconscientes, et sont difficilement accessibles." (2)

Voir aussi "forme opératoire et forme prédicative de la connaissance" (Gérard Vergnaud) : http://www.recherches.philippeclauzard.com/vergnaud_forme_connaissance.pdf



SOURCES :

(1) Lexique thématique, Delignières et Duret, 1995, Vigot

(2) Jacques FIJALKOW - SAVOIR LIRE : DIDACTIQUE DÉCLARATIVE,PROCÉDURALE, CONTEXTUELLE in revue Spirale n°15, 1995

FISCHER J.-P. (1992), Apprentissages numériques, Nancy : Presses Universitaires de Nancy.


Date de création : 02/11/2020 - 14:16
Catégorie : UE4/M2 : hétérogénéité / évaluation - ce qu'il faut savoir
Page lue 497 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Editorial

Fait avec Padlet
Vous êtes ici :   Accueil » Trois principes de mises en oeuvre